Radicalisation des vieux de banlieue…

Moi, vous savez, j’ai rien contre ces gens-là. Si y voulaient vraiment, y pourraient être comme nous. Moi qui vous parle, j’en ai connu des très bien. Seulement aujourd’hui, faut bien dire que c’est plus comme avant. Y a d’l’abus! J’veux bien être gentil mais faut pas qu’on m’prenne pour un con. Ça va trop loin. Partout où on les croise, y vous dévisagent des pieds à la tête avec un air de dire qu’ils sont chez eux… Et nous alors? On n’est pas chez nous? On cotise pour eux… le trou de la sécu, faut pas l’chercher plus loin! C’est tout simple, j’ai pas honte de l’dire: j’peux plus les piffrer! Quand j’en croise un, j’ai envie d’lui cracher à la gueule. Pourtant, j’suis un bon gars mais des fois, j’ai juste envie qu’y crèvent… Faut en finir! C’qui m’dégoute, c’est qu’y aura toujours quelqu’un pour ramener sa fraise et ses bons sentiments et venir me dire à moi que je devrais être plus tolérant, que j’suis trop méchant, et patati et patata! Z’ont qu’à venir vivre ici! Y a pas un jour où y a pas un problème! À croire que c’est un boulot à plein temps de faire chier les honnêtes gens! C’est pas difficile, un jour y aura un malheur! Faudra pas s’étonner! Un jour pas fait comme un autre, vous verrez c’que j’vous dis, y a un de ces sales cons qui viendra me voir une fois de trop, et là, j’répondrai plus de rien! C’est obligé! Ça peut qu’arriver! Vous m’entendez bien? Le prochain sale con de p’tit vieux front national qui vient me voir pour me dire tout le fond de sa pensée haineuse de merde sous prétexte que je suis blanc de peau comme lui: j’le bute. Un point c’est tout.

Plume-d'éléphant transparent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.