Politique et air du temps: ça sent le crucifix!

Non: Hollande et Sarkosy n’iront peut-être pas jusqu’à ressusciter mais quand même, cela faisait bien longtemps que le catholicisme n’avait pas eu une telle place de choix dans le débat politique ordinaire français.

Bien sûr, de temps à autre, des cathos plus motivés que d’autres brûlaient un cinéma ou deux, se couvraient de peinture rouge pour envahir un centre IVG ou défilaient en s’offrant des fleurs de lys mais bon, c’est pas parce que c’est plus le temps de l’inquisition qu’on n’a pas le droit de se distraire un peu.

En gros, quand même, les cathos de base commençaient à se faire à l’idée que la vie religieuse et/ou spirituelle, c’est de l’ordre du privé, comme la masturbation (par exemple).

Et puis, il y a eu les fous d’Allah… halala! Une sorte de détonateur mondial qui a déclenché des réactions en chaîne, et pas seulement en animant plus que de coutume les repas de la famille Bush.

En France, pour prendre un pays au hasard, les cathos qui, grâce à la fonte de la calotte, basculaient lentement mais surement, à l’exemple des ours polaires,  du côté de l’espèce en voie de disparition, se sont tout à coup retrouvés vivifiés comme si on leur fouettait le cul avec des verges… du pain béni pour ressusciter le catholicisme moribond, en quelque sorte.

On s’est senti stimulé du goupillon à l’idée de relancer le bon vieux mélange religion/politique qui avait fait les grandes heures de l’histoire de France royaliste… après tout, puisque ça marche du feu de dieu pour les musulmans, pourquoi qu’on serait pas au moins aussi cons, nous, les cathos?

Alors bien sûr me direz-vous, on n’a pas tout de suite mis le pape dans un avion pour qu’il aille se cracher en direct devant les télévisions du monde entier sur l’un des buildings de Riyad ou Dubaï. Non, ça, on l’a pas fait… peut-être même qu’on a eu tort….

On a préféré la légendaire subtilité jésuite qui a consisté en l’occurrence à bombarder des innocents pauvres, histoire de montrer aux coupables riches ce qui pourraient bien leur arriver si ils arrêtaient d’être riches. Allez comprendre pourquoi, ça n’a calmé personne!

Même pas grave: faute de régler les problèmes ailleurs, on pourrait s’en créer ici, qu’ils se sont dit les politiques. Au début, ils étaient pas si nombreux à avoir cette divine clairvoyance… il faut rendre à la Maréchal-Le Pen ce qui appartient au Maréchal (nous y voilà!), c’est bien elle, en 2012, qui la première fait son coming-out catho en relancant la mode des idées politiques qui sentent la soutane, avec succès puisqu’elle ajoute son front à l’assemblée nationale.

En 2013, c’est mardi gras tous les jours grâce, dieu les bénisse, à la manif pour tous… pendant qu’ils défilent en revendiquant un christianisme ludique et homophobe, des politiques parmi les plus attentifs à droite comprennent que s’ils ne veulent pas se faire sodomiser aux futurs élections, il faudra tenir compte de cette force néo-réac: les discours s’adaptent et, je résume, nous voilà en 2016 devant l’étonnant spectacle des deux finalistes de la primaire de droite qui se chahutent gentiment pour savoir qui c’est qui fait le plus de bisous au pape…

A ce train-là, faudra plus attendre bien longtemps pour entendre dire que le bûcher pour les chômeurs en fin de droit pourrait bien assainir l’économie, que lapider des sodomites invertis les jours de chasse sera pardonné en récitant quelques pater noster, que la crucifixion des hérétiques mahométans convaincus de vol pourrait être une solution à la surpopulation carcérale ou encore que la pilule contraceptive ne peut plus être prescrite parce qu’elle donne le cancer de l’âme…

Je terminerai donc par cette petite prière:

« Petit Jésus, si tu existes, foudroie ces cons! »

Et maintenant, attendons pour voir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.