Poème téléphonique de contrebande.

— Oui…

— C’est moi.

— Ouais… ça va?

— Ça va.

— Bon.

— J’ai plus de choux-fleurs…

— Ha…

— T’en as?

— Ouais.

— …

— Combien?

— 500 grammes?

— 250… le reste dans une semaine.

— Ça m’arrange pas trop…

— Sinon 250 de choux-fleurs et 250 de pâte de coing…

— J’sais pas…

— Toi qui vois…

— Ok.

— Dans une heure?

— Ok. Même endroit.

— Même endroit.

— Ok.

1 commentaire sur “Poème téléphonique de contrebande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.