Pari pascalien: encore une arnaque dans les jeux de hasard!

Rappelons la situation. Un certain Pascal, largement soupçonné par les renseignements généraux d’être acoquiné aux milieux extrémistes de Port Royal, vient d’être arrêter au moment où il lançait un nouveau jeu de hasard…

Billet 500
Une des nombreuses preuves retrouvées au domicile du prévenu.

« Un homme que rien n’effraie! » affirme le commissaire.

Il s’agit d’inciter le plus grand nombre possible de « gogos », ce sont les propres termes du suspect dans sa déposition de lundi dernier, à parier sur l’existence de dieu. Le principe en est fort simple: après  avoir obtenu d’eux une somme variable allant de cinq Euros à plusieurs milliers d’Euros, le jeune Pascal demandait à ses victimes d’agir de façon à prouver la divine présence… Certains témoins nous rapportent des scènes diverses mais toujours violentes de défenestrations, d’accidents automobiles volontaires ou encore d’individus déguisés  en chevreuils en plein coeur d’un domaine de chasse vers 08h00 du matin c’est-à-dire peu après l’heure de l’apéritif… Le résultat, on s’en doute, est toujours le même et le nombre de morts actuellement recensés dans cette affaire dépasse déjà l’entendement.

« Soit tu vis, soit t’es riche! »

C’est avec ce slogan aguicheur que l’apprenti séminariste sans scrupule finit de convaincre les naïfs en quête d’argent facile. Ils se laissent berner par la promesse de richesse. Ils imaginent même que le pari est sans risque. Pascal leur démontre que si dieu existe, alors leur mort n’est rien, et si dieu n’existe pas, alors ils sont riches. L’éminent sociologue Casimir Dugenoux nous a dit voir là un signe des temps, le symptôme d’un « tiraillement ontologique primal » comme il dit. Toujours est-il qu’à ce jeu de « qui perd , gagne », c’est bien le jeune roublard qui s’enrichit en exploitant la misère intellectuelle de nos plus faibles administrés.

« Un divertissement dans leurs petites vies… »

A la quinzième heure de sa garde à vue, cédant un peu de terrain aux policiers dont il faut ici saluer le professionnalisme, le prévenu donne enfin quelques explications plus personnelles: élevé par la télévision comme un enfant sauvage par les loups, il confond très tôt les programmes de divertissement et la réalité. Maître Plumier déclare à ce propos: « Mon client est très perturbé ». Selon nos sources, l’avocat expérimenté  n’exclurait pas de se retourner contre TF1: « Cette entreprise de divertissement ne peut plus impunément nous détourner de l’essentiel! » Pour notre part, à ce point de l’enquête, nous nous bornerons prudemment à conclure  que si l’essentiel existe, rien ne pourra nous en divertir, et surtout pas dieu.

Plume d'éléphant 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.