Nanard: l’homme qui voulait un milliard.

Il est sympa Nanard.

En France tout le monde l’aime bien: homme d’affaire, mais à l’occasion aussi ministre, acteur, chanteur, bon client des plateaux télé. Voila un homme à qui tout réussi, sans doute sa première Rolex à 30 ans. Alors on comprend bien qu’il fait des envieux.

La Justice, ce repaire de dangereux gauchistes, annule un arbitrage qui lui accordait 403 millions d’euros en 2008 dans le litige l’opposant au Crédit Lyonnais au sujet de la vente d’Adidas. Quand on se souvient que ladite banque est devenue LCL suite à de douloureux problèmes financiers, réglés par les contribuables, on flaire immédiatement l’embrouille, l’injustice pour le malheureux Nanard qui s’inquiète pour ses vieux jours… Sa mise en examen pour « escroquerie en bande organisée » et « détournement de fonds publics par une personne privée » nous a profondément émus aux Élephants.

Aussi avons nous cherché des arguments pour l’aider à se défendre. Et nous avons dégoté un petit discours, celui de Calliclès, dans un dialogue du vieux Platon intitulé Gorgias. Les curieux pourront consulter l’intégralité dont nous ne livrons içi que quelques fragments: « Celui qui se propose de vivre comme il convient doit d’abord (…) procurer une totale satisfaction à chacun des désirs qui pourra lui venir. […] On vante la mesure et la justice par défaut de virilité. […] Comment ne désespérerait-il pas sous le joug de l’admirable justice, de l’admirable modération qui consistent à n’accorder à ses propres amis rien de plus qu’à ses ennemis? […] Quant à tous ces colifichets que sont les conventions contre nature établies par des hommes (les lois), ce ne sont que bavardages sans valeur. » (Gorgias, 491e5)

Pour notre ami, directeur du journal « La Provence » cette prose antique se comprend sans difficultés. Mais pour nous et nos hypothétiques lecteurs, peines à jouir de la réussite, qui comptons seulement en centaines d’euros voire en dizaines nos économies, une petite traduction peut sans doute clarifier le propos: « Vas-y mon nanard! Te laisse pas farcir par cette bande de fumiers qui sont toujours à la recherche d’une paire de couilles que la Nature ne leur a pas donné! Refais leur le tour anal! Souviens-toi de ce qu’on disait à l’armée, cette noble et grande institution: « Le premier qui bande encule l’autre! »; l’euro million, c’est pour les ploucs. Il faut oser dans la vie: le milliard pour Nanard parce qu’il le vaut bien!!! Car comme le disait si bien Audiart dans les Tontons Flingueurs « Les cons, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait. » . »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.