« Lorsque l’imaginaire… »

Lorsque l’imaginaire,

poudre étincelante de l’ancienne légende,

                                                                                                            s’abaisse,

                                                                                                        et recouvre,

comme une peau fine et déposée par les airs,

l’éternelle et monotone matière

ce que j’appelle ce jour

alors

le présent se colore

                                        d’inaudibles paroles

                                        d’émerveillements évidents

d’insensibles sourires

                                       d’exacts mensonges

                                       d’allégories algébriques et réalistes

et j’en sens qui justement m’échappent car je veux les compter comme un troupeau d’agréable nature.

Comme une jeune fille heureuse je souris.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.