Le dernier des exercices de style…

En 1947, Raymond Queneau s’amuse à écrire 99 fois, de manières différents, la même histoire sans intérêt d’un homme qui prend le bus et se fait marcher sur les pieds. Il appelle cela Exercices de Style.

Nous ajoutons ici notre version, que nous intitulons:

Rivaroliste.

Un jour vers midi, alors que résonnait dans l’air pur et immuable de la campagne française la sainte cloche de notre mère l’église, j’aperçus, verrue moderniste posée sur le pavé séculaire, un bus. Un homme au cou fort long et à la peau insolemment hâlée étalait là sa vacuité d’humain errant et sans repère, dissimulant mal une chevelure trop crépue sous un couvre-CHEF tressé de turbans. La vision de ce bédouin perdu sans ses chameaux me donna dereCHEF l’impression qu’on m’empiètait le territoire national mais je dus bien vite constater que, malgré mon amertume légitime et patriote, nul CHEF-de-police-par-là-flanant ne vînt l’interpeller.
Quelques années plus tard, je le revis devant la tour Eiffel en grande conversation avec un ami qui lui conseillait de diminuer l’échancrure de son pardessus en en faisant remonter le bouton supérieur par quelque tailleur compétent.

Autres bus, avec pieds de migrants…

L’exercice de style hongrois…

Plume-d'éléphant transparent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.