Guerre et Prix.

En cette période de restrictions budgétaires, et de troubles, il est normal de faire un bilan des interventions militaires de la France et des autres pays.

Fallait-il intervenir en Libye? Quel est le ratio paix – dépenses ?

La même question peut se poser pour les interventions en Irak, en Somalie, au Mali, en Afghanistan. Soyons honnêtes: on sait bien mieux faire la guerre que la paix.

Analysons ce problème sans parti pris, en comparant les deux étapes de ce processus indispensable à toute société humaine civilisée.

C’est un peu comme une danse à deux temps… premier temps, on massacre… second temps, on sympathise…

Dit comme ça, c’est antinomique bien sûr, mais étudions les détails…

D’abord, il faut bien reconnaitre que le congloméra militaro-industriel est bien plus organisé que le microcosme  de la paix.

Il y a :

  • des écoles militaires
  • un costume militaire
  • une hiérarchie militaire
  • des médailles
  • une musique militaire
  • un budget militaire
  • avec un ministre et un ministère
  • des monuments militaires
  • des cimetières militaires
  • des recettes de cuisine militaire (à base de boudin, ou de rations dites militaires)
  • des héros et une histoire militaire.

De l’autre côté, …, c’est plus calme: quelques mouvements non-violents, un prix Nobel de la paix, une mascotte ridicule… bref, beaucoup de fumée.

Comment rétablir l’équilibre qui manque tant à ce processus ?

C’est assez simple en somme, il faut copier l’organisation militaire, et créer:

  • des écoles de la paix
  • un costume de paix
  • une hiérarchie de la paix
  • des médailles de la paix
  • une musique de paix
  • un budget
  • avec un ministre et un ministère
  • des monuments pour la paix
  • des cimetières ou règne la paix
  • des recettes de cuisine pour la paix
  • des héros et une histoire de la paix.

Mais ce n’est pas tout, il faut coordonner les deux temps, il faut un chef d’orchestre dans cette valse à deux temps, quelqu’un qui soit capable de dire à un moment : STOP, on range les armes et on sort les bisous.

Bien sûr, je vous vois venir, vous allez me dire: « Concrètement il fait comment le gros malin? »

Soit, puisque vous me traitez de gros malin, prenons un exemple : l’Irakla Syrie, non plutôt la Libye.

Étape n°1, on écrase le chef en place, ses frères, ses sœurs, ses fils, ses filles, ses cousins, ses cousines, ses généraux, ses soldats, bref on rase, c’est la première lame.

Étape n°2, on brule, on bombarde, on casse, on viole, on massacre ce qui reste à massacrer, c’est la seconde lame.

Étape n°3, la récréation est finie, place au deuxième temps, celui de la paix. Il faut reconstruire, oublier le passé, se tourner vers l’avant, bla bla, bla, …, c’est le rôle des gens de paix, ils arrivent, ils font des bisous, ils sympathisent, ils trinquent, ils construisent, ils plantent, ils élisent le nouveau chef, ils définissent la nouvelle croyance, la nouvelle nation se relève de ses cendres, telle une colombe fraichement sortie du nid. C’est la troisième lame.

Et l’étape n° 4 me demanderez-vous ?

On ne l’applique pas, mais on en parle, c’est la quatrième lame qui évite que la mauvaise graine ne repousse; pour être clair, l’étape n°4 est une boucle directement vers l’étape n°1.

Dernier point, et puis je m’en vais, qui sont ces gens de paix ?

Là, il faut recruter sur dossier de jeunes diplômés (mâles et femelles) d’une école de paix.

Qui recruter pour organiser la grande valse ?

Non, non, je vous vois venir, c’est vrai que c’est mon idée, que j’ai tout planifié, que c’est un plan bien conçu, mais c’est pas pour moi, je suis trop vieux pour ces conneries !

Débrouillez-vous avec ce dernier conseil: il faut sélectionner un militaire qui a reçu le prix Nobel de la Paix !

4 commentaires sur “Guerre et Prix.

  1. Moi, ministre de la paix, … Bravo mon Colon! Z’êtes un visionnaire! Le nouveau Che du web!
    Et parce que tout paraît utopique avant d’exister comme une nouvelle habitude, je vous propose ce lien qui complète bien le propos:

    Mes respects!

  2. Messieurs, votre vision de l’humanité n’est-elle pas déjà obsolète ?, dans la mesure ou la guerre n’est que le propre de l’homme ?
    Introduisez, si je peux me permettre le genre féminin et le concept « guerre et paix » explose (si je peux a nouveau me repermettre).

    1. Madame, la noblesse du métier des armes suppose de risquer sa vie au feu. Bien sûr il faut en avoir, cela va sans dire, et je comprends parfaitement que vous cherchiez d’une manière habillement incidieuse à introduire le doute par vos questionnements et vos idées féministes.
      Bref, la guerre c’est la guerre ! ; et ça, Madame, les hommes le savent (c’est pas drône tous les jours, si je peux moi-même me permettre -on a d’l’humour aussi nous z’autres).
      Moi j’ai sauté sur Kolwezi, et je vous prie de croire Madame, en l’assurance de mes sentiments les plus distingués
      A bon entendeur, bien des choses à votre époux.

      1. Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
        Louange à Allah, Seigneur de l’univers.
        Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,
        Maître du Jour de la rétribution.
        C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons secours.
        Guide-nous dans le droit chemin,
        le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.
        C’est qui cette Francesca Barraca? De quoi qu’elle s’mêle donc (si j’peux m’permettre moi z’aussi)?
        Que Dieu se lève et que ses ennemis soient dispersés; et que fuient, devant lui, ceux qui le haïssent Comme la fumée s’évanouit, qu’ils disparaissent comme la cire fond devant le feu, qu’ainsi périssent les pécheurs devant la face de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.