Art de la séduction masculine: comment rester glamour en buvant de la bière.

Jeune homme, c’est à vous que nous nous adressons.

Vous êtes jeune, certes,  mais sans expérience, et, cette fois encore, vous avez cru, un peu présomptueusement, pouvoir mener de front, sans concession, vos deux passions: la bière et les filles…

Pour le moment, il serait d’ailleurs plus réaliste d’écrire: les bières et la fille.

Elle, elle est là dans ce bar, accoudée en face de vous au comptoir. Le bar est un peu minable, c’est ça qui vous a plus à tous les deux, ce que vous cherchiez, une sorte d’exotisme du minable. C’est aussi pour ça que vous vous êtes installés au comptoir plutôt qu’à une table, regardée avec mépris comme le début du confort bourgeois.

Elles (les bières), elles commencent à peser sur votre vessie et vous obligeront bientôt à de nombreux aller-retour en direction des toilettes qu’on pressent déjà crasseuses de l’établissement.

La question du romantisme se pose.

Que faire pour rester un type séduisant tout en étant un type urinant?

Nous vous proposons ici deux portes de sortie, en plus de celle des chiottes, tout aussi dignes l’une que l’autre:

  • Pour garder votre dignité, vous pouvez jouer la carte de la distance ironique. Vous expliquerez alors le phénomène qui tyrannise votre vessie d’un point de vue scientifique. Après avoir rappelé qu’une fois bu, l’alcool est passé dans votre sang et a commencé, le coquin, à vous chahuter les neurones, vous pourrez même tenter d’attendrir la demoiselle sur le sort peu enviable de votre glande pituitaire que l’alcool opprime en l’empêchant de produire une hormone anti-diurétique. C’est pourquoi vous pissez, n’est-ce pas. Donc, dès la première bière, n’importe qui, comme vous, aurait envie de faire pipi. Ajoutez que dans ces conditions, vos reins envoient l’eau contenue dans la bière directement dans la vessie au lieu de la résorber dans votre corps. Vous pourrez alors conclure avec la rigueur toute scientifique qui vous caractérise désormais aux yeux de votre interlocutrice qu’en ingérant seulement 25 centilitres de boisson alcoolisée, vous vous êtes ainsi condamné à expulser entre 80 et 100 centilitres d’eau… ce qui vous oblige également à continuer à boire, pour éviter la déshydratation, créant ainsi les conditions du cercle vicieux dans lequel vous êtes bien malgré vous enferré. Si après ces explications, la jeune femme que vous courtisez subtilement n’est pas à la fois attendrie par votre sort et émerveillée par votre lucidité, elle ne vous mérite pas.
  • Vous pouvez également, sans perte d’efficacité, si cela correspond davantage à votre nature, vous réfugier dans la poésie, susurrée ou gueulée, à votre guise. Il vous suffit alors d’apprendre par coeur le poème suivant:

Je vis assis, tel qu’un ange aux mains d’un barbier,
Empoignant une chope à fortes cannelures,
L’hypogastre et le col cambrés, une Gambier
Aux dents, sous l’air gonflé d’impalpables voilures.

Tels que les excréments chauds d’un vieux colombier,
Mille Rêves en moi font de douces brûlures :
Puis par instants mon coeur triste est comme un aubier
Qu’ensanglante l’or jeune et sombre des coulures.

Puis, quand j’ai ravalé mes rêves avec soin,
Je me tourne, ayant bu trente ou quarante chopes,
Et me recueille, pour lâcher l’âcre besoin:

Doux comme le Seigneur du cèdre et des hysopes,
Je pisse vers les cieux bruns, très haut et très loin,
Avec l’assentiment des grands héliotropes.

C’est quand même du Rimbaud, autant dire que votre vessie vient de gagner une noblesse inespérée: vous voilà sauvé.

La prochaine fois, nous apprendrons à rester séduisant quand vient l’inévitable nausée.

Plume-d'éléphant transparent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.